Présentation globale
L’histoire
Il y a 15 millions d'années, un bras maritime ceinture la Bretagne, la mer des Faluns, elle recouvre l'actuel territoire de la Bruffière. Le creusement d'un étang, dans une zone marécageuse permit la découverte de dents de requins et d'ossements fossilisés.

Sa disparition laisse place à un paysage de collines, la Sèvre Nantaise y creuse son lit. Les premiers Bruffièriens ont sans doute élu domicile sur ses berges. Des outils de l'époque de la pierre taillée " Paléolithique " et de celle de la pierre polie " Néolithique " ont été exhumés le long de la rivière. Un biface est découvert dans les rochers de la Poinstière, aux abords du bourg ce sont plusieurs pointes de flèches. Toujours en bordure de Sèvre, une tombe de l'âge de bronze (-1800ans) est mise à jour près du hameau du Grand-Goulet.

Sous la Gaule indépendante, le territoire de la Bruffière se situe dans le domaine du peuple celte des Pictons. La conquête romaine l'intègre au " Pagus Teifalicus " avec Tiffauges pour place forte. Grands bâtisseurs, les nouveaux maîtres du pays améliorent les voies de communications existantes et en percent de nouvelles, tel le chemin empierré de Bapaume conduisant à un passage sur la Sèvre ou la route reliant Durinum ( Saint George de Montaigu) à Tiffauges en passant par Saint-Symphorien.
Les récentes prospections aériennes ont dévoilé le site d'une douzaine de fermes indigènes. Lors des travaux de contournement du bourg de la Bruffière (septembre 2001 et juillet 2002), les fouilles du site de la Bretonnière par les archéologues de la D.R.A.C, ont permis la découverte de trois fours de potier, un puits et les restes de fondation d'une demeure du IIème siècle.

Durant le haut Moyen Age d'incessantes querelles opposent Bretons, Francs et Wisigoths. Elles aboutissent en 983 à la création de zones " tampon " : les Marches. Entre Bretagne et Poitou, les hautes marches communes sont constituées de Cugand, Boussay, Gétigné et la Bruffière leur capitale jusqu'à la révolution de 1789.

Sous le nom de " Brefer " apparaît la première mention du bourg dans une chartre 1287. Il s'articule alors autour de la demeure toujours présente des " de Coucy " dont la façade est inscrite à l'inventaire des monuments historiques. Sur le linteau d'une de ces portes est gravé le blason des anciennes Marches Communes. Un seigneur de la Bruffière de Coucy accompagne Gilles de Rais dans l'épopée de la " pucelle d'Orléans ".

A l'origine simple forteresse en bois dressée pour s'opposer aux invasions des Vikings, l'Echasserie se constitue en château fort du XIIème au XIVème siècles. Les Charbonneau, une des plus anciennes familles du Poitou s'y succèdent sur 15 générations de 1250 à 1738. Le château et toutes les fermes environnantes sont incendiés lors des guerres de Vendée. Seules nous restent de cette époque, la grosse tour du Guet (XIIème siècle), la tour Carré (XIVème siècle) et la tour du Chandelier (XVIème siècle). Relevé par Louis-François Richard de la Vergne, il revient ensuite par héritage à son fils, le futur Cardinal Richard (1819-1908), archevêque de Paris. De nos jours, le château est classé à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, et ouvert au public lors des journées du patrimoine chaque année.

Saint-Symphorien (4 km au sud du bourg) jadis lieu de pèlerinage et d'une foire importante, voit se développer un prieuré administré par les moines de l'ordre de Saint Augustin de Geneston, un hospice pour les pauvres y est annexé. Seul le portail d'entrée nous est parvenu après les Guerres de Vendée, le hameau est dévasté par les troupes de Kléber au cours de la bataille des 5-6 octobre 1793.

La révolution en effet, saigne cruellement notre commune. Au début du conflit, le 13 mars 1793, des habitants assassinent le premier maire Charles Serventeau seigneur de l'Echasserie acquis aux idées nouvelles. Ils rejoignent l'armée vendéenne du Centre sous les ordres de Sapinaud et Royand. Embarqués dans l'aventure de la " virée de Galerne " outre-Loire certains sont exterminés à Savenay. En janvier 1796, le général Charrette est amené dans un traquenard au logis " de la Grange " (demeure du XVIème siècle) au nord du bourg, il s'échappe après de lourdes pertes humaines.

La révolution a provoqué une saignée dans la population : 3000 habitants avant les événements, 726 seulement en 1826. Le XIXème siècle voit notre commune émerger de ses ruines et entreprend de grands travaux ; percement de routes, construction de deux ponts sur la Sèvre Nantaise, de nouvelles écoles, déplacement du cimetière. Enfin, dans un grand élan populaire, la nouvelle église, chef d'œuvre de style Romano-Byzantin est édifiée en 29 mois (1889-1891).

La Bruffière est de nouveau éprouvée dans ses forces vives par les deux conflits mondiaux 133 morts en 1914-1918 et 11 morts en 1939-1945. Poète, philosophe et résistant, le chanoine Duret né au Pontereau décède en déportation.

Depuis 1945, la Bruffière héritière d'un riche et lourd passé regarde résolument vers l'avenir. Les performances de son agriculture, le dynamisme de l'artisanat et de l'industrie avec notamment le groupe Defontaine (leader mondial de la couronne automobile) ainsi que la richesse de la vie associative attestent de la volonté et la créativité de ses enfants.

(pour plus de renseignements un livre retraçant l'histoire de la bruffière est encore disponible auprès de l'association de " La Bruffière Autrefois ". )
Le tourismeLe tourisme

Le tourisme

A la découverte de la Bruffière

A pied ou en V.T.T,
Savourer les charmes des bords de la Sèvre Nantaise
Ses 40 km de sentiers, répartis en 5 boucles et entretenus par la commune et par l'association " Les Amis des Sentiers " nous font découvrir la campagne Bruffièrienne. La Sèvre Nantaise longe notre commune sur plus de 7 km. De nombreuses promenades sont proposées par des topos guides, outils indispensable délivrés en mairie et dans les offices de tourisme. Vous découvrirez le long de la Sèvre Nantaise de superbes petits hameaux, encore pittoresques avec leurs vieilles maisons et surplombant parfois la vallée ; (Bapaume, la Guignardière, le Puy sur Sèvre, la Poinstière, le Grand-Goulet…) Plusieurs chaussées moyenâgeuses coupent le cours de cette rivière permettant, il n'y a pas encore si longtemps aux moulins à eaux de produire de la farine et d'effectuer le nettoyage des tissus ( foulonner). Une variante du GR Sèvre et Maine emprunte une partie des sentiers pédestres de notre commune sur les bords de la Sèvre Nantaise.

En canoë,
Vivez les caprices de la Sèvre Nantaise.
Depuis quelques années, les balades nautiques se développent de plus en plus. C'est un moyen de découvrir les bords de la Sèvre Nantaise . L'association " Sèvre Nantaise et ses affluents ", les comités départementaux, les clubs de canoë ont formé un comité de pilotage afin de proposer un programme d'itinéraire sur la rivière. Une signalétique sur les abords de la rivière a été mise en place, en aval de chaque chaussée. Le but est de prévenir les randonneurs nautiques, celle-ci s'accompagne de fiches rivières distribuées dans les clubs, dans les mairies concernées et dans les offices de tourisme.

A Vélo,
Balade en famille .
Une piste cyclable vous permet de voyager, dans tout le haut bocage vendéen, sous l'égide de l'association " Pôle touristique du haut bocage " dont la commune de la Bruffière est adhérente.
Ce circuit permettra de relier les communes de Tiffauges et de Cugand en passant sur le territoire de la Bruffière, par des lieux comme le site naturel du Beau Soleil.

Sur la Commune de La BRUFFIERE , 3 circuits V.T.T. et V.T.C balisés sont à votre disposition.


La pêche,
Avec plus de 7 km de rivière, les pécheurs sont au rendez-vous, l'Association " le Gardon Boussiron " entretient les rives et permet un alevinage annuel par différents types de poissons. On trouve dans ses eaux ; carpes, tanches, anguilles, ablettes, gardons, goujons, perches, brochets, sandres, silures… Des cartes de pêches sont délivrées dans les bureaux de tabac de la Bruffière et de Boussay

Site Naturel,

Venez découvrir leur calme reposant.

L’ ETANG BEAU SOLEIL, fait partie d'une vaste zone marécageuse achetée par le département de la Vendée, pour préserver un site naturel.
Une chaussée bordée de tilleuls plus que centenaires entoure une pêcherie rénovée et fait de ce site un lieu reposant où la faune et la flore sont respectées.

Cet espace naturel sensible s’avère particulièrement propice au développement de batraciens, comme Le Triton crêté. C’est aussi une plateforme d’observation idéale pour explorer la faune, notamment les hérons cendrés.

La COLARDIERE

La Sèvre Nantaise borde la Commune sur 7 Kms et est entrecoupée de chaussées au passé industriel très riche.
Le site naturel de La Colardière , situé dans une magnifique prairie ombragée, est un lieu idéal pour les pique niques et les rencontres familiales. Il est le départ de belles randonnées pédestres sur le bord de la Sèvre Nantaise.